Les meilleurs endroits coquins de Paris

En matière de débauche, Paris est une ville aussi symbolique qu’active. Les spectacles à connotations tendancieuses sont légion, et l’ont toujours été. Petit tour d’horizon de lieux de spectacles, cabarets, et autres, complètement emblématiques de Paris…

 

Les lieux de débauche à Paris dans l’Histoire

Que les petites et grandes choses libidineuses soient votre truc (ou pas), Paris offre d’incroyables spectacles à qui souhaite en prendre plein la vue. Certains lieux ont pignon sur rue, d’autres sont un petit peu plus confidentiels. Il n’en est pas moins que les trucs coquins, et un tantinet dénudés, entrent pleinement dans le folklore de la Capitale.

Le quartier rouge de Pigalle

Pigalle, un nom qui résonne forcément dans de nombreuses têtes, puisqu’il coïncide avec cabarets, stripteaseuses Parisiennes, mais aussi bordels, maisons de passes, et… On en passe !

Clairement, Pigalle existe à Paris depuis la fin des années 1800. Directement investi par un Cabaret “Le Chat Noir”, Pigalle devint petit à petit LE lieu où les plaisirs osés sont accessibles.

Autour du Chat Noir, viennent ouvrir “la Bohème” qui deviendra peu après “le Mirliton”, puis d’autres établissements tels que “la Marmite” ou encore “le Divan Japonais”. Le “Moulin Rouge” arrive ensuite, et se fait fort de proposer des shows mémorables.

En outre le quartier est qualifié de “chaud” au moment de la première guerre mondiale. La France, contraintes à de nombreuses restrictions subit couvre feu et interdictions de consommer de l’alcool. Seuls les bordels peuvent continuer à œuvrer dans l’ombre, tout en proposant femmes à leurs clients et grandes rasades d’alcool.

Inévitablement, les tenanciers de ces lupanars ne sont pas des tendres. Le quartier de Pigalle tombe alors sous l’autorité des truands et de quelques patrons du crime. Ces derniers se retrouvent entre eux, dans des lieux parfois secrets (plus trop secrets aujourd’hui), telles que des boites de nuit privées en sous-sol… Les Picasso, Steinbeck, Hemingway ou Joséphine Baker, adoraient profiter d’instants délurés et sulfureux dans ces endroits.

Après la seconde guerre mondiale, les maisons closes doivent fermer : ordre de la Loi. Cela n’empêche cependant pas les hôtels de passes de fleurir pas tout à fait officiellement…

Au moment des années 1960, arrivée en fanfare des lieux de spectacles proposant Stripteases et bars à hôtesses. À priori en dehors des clous du proxénétisme, ces établissements attirent de nombreux chalands.

Et puisque rien n’est trop fantaisiste en matière de luxure… Sexshops, cinémas pornos, et bars proposant des livehows achèvent de moderniser ce Pigalle haut en couleurs.

Actuellement, Pigalle est devenu un quartier plutôt touristique, qui attire la foule pour son côté débridé et provocant. Les cinémas pornos (notamment le Beverley), ont fermé, faute de public. Restent les sexshops, les bars à hôtesses, les salles où sont proposés des stripteases, ainsi que des bars échangistes, ou encore des salons de massages

Le Lido

Ouvert depuis 1946, le Lido est l’un des plus prestigieux cabarets de Paris. Situé sur les Champs Élysées, le Lido accueille depuis son ouverture les hautes sphères de la société. Il y avait une piscine originellement au sein de l’établissement. Celle-ci fut détruite dans les années 1930, au profit d’une salle de spectacle. Le principe est dès lors simple, mais redoutablement efficace : les convives viennent dîner en profitant d’une revue. Les spectacles (deux chaque soir), sont accessibles tous les jours de l’année ! D’époustouflants artistes interprètent danses et numéros, sous les multiples pampilles des lustres, des jeux de lumières, et de musiques. Les Bluebell Girls prennent part aux spectacles. Certaines d’entre elles sont seins nus du début à la fin de la revue : de quoi en émoustiller plus d’un…

Le Crazy Horse

Autre grand lieu de l’érotisme et des charmes féminins dénudés : le Crazy Horse… Ouvert en 1951, cet établissement s’est inspiré de la décoration western saloon des États-Unis. Cache tétons, talons aiguilles, et accessoires féminins des plus sophistiqués, agrémentent les tenues des danseuses, pour le plus grand plaisir des spectateurs. Tout comme au Lido, les artistes et danseuses se produisent plusieurs fois par soirée et ce, 5 à 6 soirs par semaines. Burlesque, glamour, et sexy sont les maîtres mots du Crazy Horse.

Le Paradis Latin

Le Paradis Latin est le plus ancien des cabarets parisiens. Construit au début des années 1800, ce bâtiment était à l’origine le Théâtre Latin. Détruit en 1870 lors de la guerre franco-prussienne, il est reconstruit en 1887 par Gustave Eiffel. En effet, en 1889 eut lieu l’Exposition Universelle. Gustave Eiffel prend les rênes de l’étude du chantier, en même temps qu’il construit la tour Eiffel ! C’est à cette période que l’édifice prend le nom de Paradis Latin. Chaque spectacle proposé affiche alors “complet”.

Un petit coup de génie de la part des gérants du Paradis Latin : faire venir des artistes à sensations. Équilibristes, acrobates, contorsionnistes viennent se produire, et font rêver le public. La salle ferme pourtant ses portes à cette période. Ce n’est qu’en 1977 que la bâtiment retrouve ses activités de prédilection… Le cabaret marque son grand retour avec une soirée dont le succès est instantané. Depuis, le Paradis Latin est plébiscité par de nombreuses personnes et continue d’attirer acteurs du spectacle, public endiablé, et prestations dont la qualité n’est pas à démontrer.

Ces cabarets furent évidemment porteurs de prestations telles que le French Cancan

 

Stripteases et bars cabarets du Paris actuel

Le Whisper Club

Avec une particularité, et pas des moindres, le Whisper Club propose chaque jour, de 22h à 5h des prestations d’artistes de striptease. Pôle danse, prestations sans interruptions, danses nues, tout est possible dans ce club parisien mêlant glamour et sensations fortes.

Le théâtre ChoChotte

En plein cœur de Paris, le théâtre Chochotte était à la base une boutique de Haute Couture. Au milieu des années 1980, sa propriétaire décida de transformer sa boutique et ses ateliers, en un lieu où les femmes se dévêtent. Transformé en salle de spectacle, l’établissement produit alors des spectacles érotiques, dont l’esthétisme est des plus savoureux. Ni tabous ni bienséance n’ont leur place entre les murs du théâtre Chochotte. Pourtant, les costumes, les accessoires, le teneur des prestations, sont le reflet de le femme émancipée, sûre d’elle, et glamour à souhait. Les shows proposés sont réalisés dans une atmosphère intimiste, aux accents boudoir, et à la volupté.

En bref, impossible de s’ennuyer à Paris si on se trouve à la recherche d’un spectacle de striptease, ou d’un cabaret. Tous les jours, toute l’année, l’érotisme et le glamour ont rendez-vous à Paris… Il faut simplement savoir à quelle porte frapper !